Richard Sears

Richard Sears

Président

 

Richard Sears est né à Paris d'une mère française et d'un père américain. A 18 ans, il a pris part à une expédition SEA d'apprentissage au voilier et en océanographie à bord de la goelette Westward, de Puerto Rico à Boston, via les Bahamas, les Bermudes et la côte Atlantique Américaine. C'est durant ce voyage qu'il a approché les baleines pour la première fois et a pris part à différents projets océanographiques, incluant l'écologie des récifs coralliens. 

En 1976, après avoir terminé ses études en biologie dans le Maine (Etats-Unis), il a travaillé pour le Woods Hole Oceanographic Institution à la station de recherche de Matamek le long de la côte nord du Golf du Saint Laurent pour étudier l'écologie et le comportement du Saumon d'Atlantique. Durant l'été de cette année-là, il a partagé des moments privilégiés avec les baleines de Moisie Bay, et notamment avec le rorqual bleu. 

Après cela, il est devenu naturaliste à bord des bâteaux de whale-watching dans le Massachusetts et a travaillé aux côtés des pionniers dans la recherche sur les baleines: David Sergeant, Steven Katona, William Schevill, William Watkins et Roger Payne - tous étant ses grandes sources d'inspiration. Grâce à eux, il a découvert que pour connaître les baleines, il est nécessaire de passer beaucoup de temps en mer avec ces géants.  

C'est avec cette motivation que Richard est retourné à Matamek et Mingan en 1979 pour étudier les rorquals bleus. Il a crée la station de recherche des Iles Mingan (MICS) durant l'hiver 1979. Sa première équipe de recherche comprenait Liz Lowe, Fred Wenzel et Mike Williamson, des biologistes du Massachusetts. Des décennies après, sa passion existe toujours et il continue d'être impliqué dans le travail d'étude des rorquals de l'Atlantique Nord. Il espère que la station MICS accueillera de plus en plus d'étudiants de troisième cycle et apportera de nouvelles perspectives pour la recherche des cétacés. Quelle est la plus grande réussite de sa carrière? Sa station de recherche a des extensions maintenant. Sa plus grande frustation? La surface de l'eau!